Un château aux Marches de Bretagne

Envoyer Imprimer PDF

Aux marches de Bretagne

Sur la route du Mont Saint-Michel, le château de Lévaré se situe au cœur du Bocage Mayennais, au nord-est de la Mayenne, près des départements de l’Ile-et-Vilaine, de la Manche et de l’Orne. Il est au carrefour de 3 régions : Pays-de-Loire, Bretagne et Basse-Normandie. Il se trouve à 24 km de Fougères, 30 km de Mayenne, 47 km de Laval et 75 km de Rennes.

Le château se dresse dans un site remarquable, face à une vallée encaissée, à une altitude de 245 m, contre seulement 180 m dans les vallées. Lévaré forme ainsi l’un des points les plus élevés du département, sur la rive droite de la Mayenne. Il est probable que cette situation dominante ainsi que le réservoir naturel d’eau a prévalu pour l’édification d’une motte féodale puis d’un château pouvant tenir garnison durant la guerre de Cent ans.

Lévaré et son cadre :
d’une forteresse à un château d’agrément

Avant d’avoir sa physionomie actuelle, Lévaré fut un château défensif, eu égard à sa position aux Marches de Bretagne, tout au long de la guerre de Cent ans (1337-1453). Fonction qu’il conserva au moins durant les guerres de Religion (1562-1598) avec le rôle joué par Jean des Vaux, gouverneur du Bas Maine et ardent pourfendeur des huguenots. C’est ce qui explique le maintien des tours d’angle et l’aspect place forte qui se dégage de l’ensemble, même si le logis en lui-même devint ensuite, au fil du temps, une propriété plus faite pour recevoir que pour se protéger d’éventuels assaillants. Nos amis visiteurs pourront s’en rendre compte, la paix qui s’en dégage conforte l’impression de sérénité des lieux.

 

Un premier seigneur cité dès 1063…

Différentes descriptions historiques nous en donnent un aperçu au cours du Moyen-âge et jusqu’à la période Révolutionnaire, où le château fut pillé et ses archives, en partie, détruites. Il en reste quelques traces aux Archives Départementales de Laval.

« Le seigneur pouvait n’avoir pas sa résidence à Lévaré mais il est beaucoup plus probable qu’il y habitait puisqu’il en avait le surnom, Cognonime Livaricus. En tout cas, il est certain qu’un château féodal existait à l’emplacement du château actuel, que ce château était flanqué de plusieurs tours rondes, crénelées et entouré de fossés avec pont-levis, datant d’une époque ancienne puisqu’il était tombé en ruine au XVème siècle. »
Cette base nous permet de mieux saisir la topographie des lieux, à partir de ce que pouvons voir aujourd’hui, à savoir ; des douves, une tour, un pont-levis, un donjon et des écuries dont les fondations s’appuient sur le mur d’enceinte de ce qui était la forteresse.