Ce que l’on peut visiter

Envoyer Imprimer PDF

Bienvenue à Lévaré !

Seuls les extérieurs, les jardins, la chapelle et la tour se visitent mais la promenade le long des douves jusqu’au pont-levis vaut le détour.
Pour l’instant, nous ne faisons pas visiter l’intérieur du château car nous poursuivons les travaux et cela reste du domaine privé.

Si la propriété s’étend sur 12 hectares, nous en mettons quelques-uns à votre disposition pour cette visite libre ou commentée, selon votre souhait, entre les allées, le jardin et le mur d’enceinte délimité par les douves. De quoi passer un bon moment en notre compagnie, à l’ombre tutélaire du tilleul ou à deviser sur les différents chapitres de l’histoire qui se lisent entre les murs… murant du château de Lévaré.

 


  • Le château du XVIème siècle. Vu de face, il est orienté au midi avec ses pavillons plus élevés d’un étage, flanqués de tourillons en encorbellement. A l’intérieur, se trouvent un escalier monumental en granit, à mur d’échiffre, qui date de la reconstruction du château ainsi que plusieurs pièces ornées de boiseries du XVIIIe. L’intérieur ne se visite pas. L’aile droite a hélas brûlé dans un incendie en 1956. Il subsiste néanmoins dans cette partie plusieurs cheminées monumentales et des fenêtres à meneaux.

  • La chapelle reconstruite en 1733 fut bénite le 12 décembre 1734 sous le vocable de St Jean et St Michel. Un reste de vitrail y présente Jésus devant Hérode. Les vitraux, dont certains sont en mauvais état ont été déposés dans les années 80. La chapelle, d’après une description datant de 1720, était auparavant dédiée à St Jean Baptiste. Elle a été en partie restaurée et aménagée.

  • Les écuries sont datées de 1675 et 1740, elles mesurent plus de 80 m de long. Elles sont encadrées de deux tours à leurs extrémités.

  • Les douves sont sur trois côtés (le quatrième a été comblé), larges de 14 m et longues de 140 m de long.

  • Un portail de pont-levis (tablier daté de 1727 selon l’inscription y figurant), se situe au des communs. Il a été déplacé au XVIIIe et devait se trouver à l’origine au midi, face à la porte d’honneur comme le prouvent les fondations des piles visibles quand les douves sont mises à sec.

  • La basse cour comprenant, ferme, pressoir et bergerie se trouve derrière les communs, au nord du château, non loin du jardin topiaire.