Chronologie historique

Des Vaux aux Abrantès : 2 familles en 5 siècles d’histoire

  • 1374 : par son mariage avec Marie de Benoist, héritière des terres de Lévaré, Jean des Vaux, Seigneur de Champéon, établit sa résidence à Lévaré.

  • 1424 : Olivier des Vaux, écuyer sous les ordres de Bertrand Du Guesclin, connétable de France. Son frère, André des Vaux, écuyer aussi combat sous la bannière de Jeanne d’Arc en 1429 à Orléans.
  • 1461 : Samson des Vaux s’oppose aux seigneurs de Goué, Mégaudais, Chambresson, mariés à ses sœurs, pour le titre de seigneur des Vaux et obtient gain de cause.
  • 1518 : Jean des Vaux, troisième, gentilhomme de la Chambre, lieutenant au Maine part combattre aux côtés de François 1er. Il est tué lors de la bataille de Pavie.
  • 1541 : son fils, Jean, quatrième, épouse Charlotte de Cornilleau. Il va, par ses qualités, s’élever au plus haut rang et parmi les capitaines de son temps. Il est nommé par Charles IX en 1567, gouverneur et lieutenant général des villes et baronnies de Mayenne, Ernée, Pontmain, Lassay, Ambrières, Villaines et Gorron. Après le siège de Lassay où il combat les huguenots, en 1571, il est fait chevalier du Mont Saint-Michel puis en 1578 élevé à la dignité de gentilhomme de la Chambre du Roi Henri III. Il est mort en 1593. On lui attribue la construction du château.
  • 1598 : César des Vaux, son fils, devient à son tour chevalier de l’ordre du roi. Il meurt en 1627 à l’âge de 72 ans et il est enterré à l’église de Lévaré. Sa femme qui lui survécut acheta en 1630 Mégaudais, L’Almois et l’Epinotière.
  • 1627 : Jean, son fils, prend le titre de baron de Lévaré, il est premier lieutenant de la Grande Vénerie de France. C’est à lui qu’on doit l’extension des écuries et l’importance qu’elles prirent dès lors. Il accueillit le cardinal Mazarin en visite sur ses terres du duché de Mayenne.
  • 1669 : Jean-Baptiste des Vaux, son fils, prend le titre de marquis et devient à son tour lieutenant de la Grande Vénerie de France. Il épouse Suzanne de Mayenne. Il jouissait d’une fortune considérable au point d’être cité par Colbert (30 000 livres de rente annuelle). Il meurt à Paris en 1684 et il est inhumé dans l’église des Grands Augustins.
  • 1702 : Jacques François des Vaux, marquis de Lévaré, leur fils, est tué à Mayenne dans des circonstances non connues. Autre mystère, en 1687 un homme âgé de 27 ans fut trouvé mort dans la tour de la rivière. Son corps avait été déposé au château secrètement. La police enquêta et procéda à des recherches ce qui laisse supposer que la justice fonctionnait chez les seigneurs comme chez les manants.
  • 1754 : Pierre Honoré des Vaux, son fils meurt subitement, à 20 ans, d’une maladie contagieuse et l’épidémie cause le décès de soixante-dix personnes.
  • 1755 : Olive des Vaux, sa sœur hérite du titre et épouse le marquis de Montécot. Elle meurt en 1769 à 71 ans et c’est l’un de ses fils, Charles Alexandre qui reprend la seigneurie de Lévaré. Celui-ci ne goûtant guère Lévaré, s’installe dans son autre château de Boucelles, près d’Avranches. Il y fait transporter meubles et archives de Lévaré en 1783 (ce sont celles qui se trouvent aux Archives départementales).
  • 1796 : le comte de Montécot enlève un poste Républicain à la tête d’une troupe de Chouans. Il est ensuite dénoncé comme chef de bande et poursuivi.
  • 1847 : le 13 mai, son fils, Charles Paul Doynel, comte de Montécot s’éteint à Lévaré où il avait élu résidence. Il est enterré dans le cimetière paroissial. Sa veuve, née Carli, se retire à Paris où elle meurt en 1870. Craignant ses excentricités, ses héritiers vendent le domaine à Madame Le Ray qui s’en porte acquéreur en 1860.
  • 1869 : Maurice Leray (1846-1900) épouse la petite-fille du général Junot, et prend ce fait le titre de duc d’Abrantès
    (titre d’Empire octroyé par Napoléon 1er au général Junot en souvenir de sa victoire au Portugal) .
  • 1917 : Andoche Leray, duc d’Abrantès (1871-1954) fils de Maurice, maire de Lévaré, fait don à la paroisse des vêtements liturgiques offerts par Mazarin, en souvenir de son passage au château.
  • 1927 : Le duc d’Abrantès fait don de la fontaine de Cassepot à la commune de Lévaré, avec obligation de conserver le ruisseau qui sert à alimenter les douves du château.
  • 1940 : occupation du château par la Feldkommandatur. Le gendre du duc d’Abrantès, le capitaine Héliot (époux de sa fille, Rose Escande 1914-2003), membre de la Résistance est arrêté sur le perron du château et mourra en 1945 des suites de sa captivité.
  • 1949 : vente du domaine et départ de la famille d’Abrantès.

Depuis 1950 : 4 nouveaux propriétaires, un de trop !

  • 1950 : vente du château à M. et Mme Lemonnier.
  • 1956 : incendie dans l’aile Est par défaut de ramonage. M. Lemonnier, non content de laisser le bâtiment se détériorer, n’utilise pas l’argent de l’assurance pour sa reconstruction et dépouille la propriété (vente d’une rangée d’arbres de l’allée, arrachage de toute la tuyauterie qui alimentait en eau le verger et le potager, destruction des stalles dans les écuries, pillage de la chapelle).
  • 1964 : M. Plazanet rachète ce qu’il reste du château et répare les toitures des communs.
  • 1979 : après vingt-cinq ans d’un régime de semi-abandon, la propriété n’a plus fière allure. Madame Geneviève Milan, devient la troisième propriétaire de l’après-guerre. Elle effectue une campagne de travaux de consolidation du donjon et de réfection des toitures dont celle de la tour des douves.
  • 2001 : nouvelle odyssée de Lévaré. Acquisition de la propriété par Françoise et Henri-Jean Anglade-Bosc.  Aménagements intérieur et restauration.
  • 2006 : Classement du château, de l’allée, de la chapelle et de l’ensemble des communs ISMH, inscrits à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques.